Mes billets d'humeur sont des petits textes d'humour,en fonction de l'actualité ou de mes lectures, de mes humeurs ou mes états d'âme, à lire avec beaucoup de dérision...

Oublier


Comment... Tu m'oublies ?
Le temps passe et en principe l'image s'efface. Enfin elle devrait... alors je compte les jours, les mois, enfin les années. J'attends encore un signe de toi, des souvenirs de nous deux surgissent de nulle part et cette complicité d'hier me fait doucement sourire. Je  t'entends dans ma tête, sens tes mains mais plus ton souffle. Pas un mot.
Tu es parti sans te retourner. Tu m'as fuis, lâche que tu es. Moi, la naïve, je pleure toutes les larmes de mon cœur. Je reste inerte entre 4 murs, figée à fixer l'écran de mon téléphone, vide sans tes "je t'aime", sans messages. Seule, l'incertitude masque ma douleur et se traduit par des regrets. 

Comment ? Tu m'oublies !
Tu étais mon double. Je t'ai livré ma vie, mes peines, mes ennuies et mes rires. Et toi ? Où les as-tu mis ? Le cœur brisé j'ai cru en ce double qui me réduit au néant. La colère me fait souffrir mais elle est mon amie. Elle m'empêche l'irréparable, retient mon élan vers toi, contourne les pièges d'un retour sans espoir. L'angoisse me fait flipper et je supporte péniblement les terribles pressions de mes remords. 

Comment ! Tu m'oublies ! 
Il ne me reste rien de toi. Déchirer les photos, brûler les mots, flouter le visage. Ton prénom, lui, vit malheureusement au milieu de mon quotidien. Il raisonne dans les couloirs et les syllabes me transpercent le cœur, glacent mon sang. La haine m'étrangle et j'étouffe. D'un autre côté, ce qui me rassure c'est que mon amour était à la hauteur de cette haine car je te hais de tout mon âme autant que je t'aime de tout mon cœur. J'ai la volonté de me battre contre les tentations du mal et de te vaincre. 
Je suis une guerrière contre l'amour. 

Comment ? Tu m'oublies...
Eh bien moi aussi. Je me réveille et je ne me souviens plus des détails de ton corps, peut-être juste la couleur de tes yeux, mais pas vraiment sûr. La douceur de ta voix s'est éteinte à force d'usure. Je t'ai effacé et maintenant je m'amuse à me souvenir de nos interdits. Tu es devenue une anecdote, un flou passager dans une conversation. Aujourd'hui tu es un " je me souviens quand" ou "non attends, faut que je me souvienne ..." Bref, un souvenir... lointain !

Comment, j'ai pu t'oublier ...
On a tous un chagrin d'amour qui nous a fait avancer, une histoire dans le tiroir des souvenirs que l'on visionne avec détachement. On a tous au fond de nous ce jardin secret et ces blessures devenues une fable de la fontaine que l'on raconte avec amusement en essayant d'ironiser sur les dernières lignes de la morale.
Voilà toi, comment je t'ai oublié !


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre commentaire,
Laure

Etre informé par email de la diffusion d'un nouveau message

"Laurefamily" est un blog personnel. Mes écrits sont à prendre avec dérision et légèreté, histoire de passer un bon moment ensemble. Si tel n'est pas le cas, je n'oblige personne à venir le lire. A bon entendeur...

Me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Les blogs Laurefamily, avril 2013. Fourni par Blogger.
 
Mots d'humeur Blogger Template by Ipietoon Blogger Template